fbpx

La vanité est un véritable “remède à la joie de vivre!”  Les fleurs et les fruits représentent dans la symbolique la vitalité et l’impermanence, caractéristiques de la vie et du vivant. Nature morte, de Balthasar van der Ast (1594-/94-1657), peintre néerlandais. – Reichlen.net © Rijksmuseum Amsterdam
Cliquer sur l’illustration pour l’agrandir

Ces quelques pensées personnelles sont extraites des propos que j’ai pu tenir (et continu à tenir) au cours de mes consultations, mais également de mes cours, conférences, et chroniques en radio (Radio Guadeloupe, “La minute du psy”, 2006-2009, Guadeloupe La 1ère). On peut également les retrouver dans certains de mes écrits.

Le contenu de ce site est protégé par les lois de la propriété intellectuelle, et déposé. Par conséquent, vous pouvez citer ces quelques pensées. Mais vous devez impérativement mentionner dans votre citation le nom de l’auteur, “Yan A. Reichlen de Meldegg“, et si possible l’url du site source (https://Reichlen.net).

Quelques pensées…

Ces quelques pensées sont publiées en fonction de l’inspiration (sans ordre particulier).

Aider un être humain à se guérir de ses blessures émotionnelles et affectives, c’est l’aider à retrouver une meilleure perception de lui-même et de la vie.

Avant de vouloir, il faut pouvoir vouloir. Dès lors, au lieu de forcer les humains à vouloir, il vaut mieux les aider (pédagogiquement) à pouvoir vouloir.

Le bonheur est une forme de respiration: une succession d’instants qui jalonnent la vie. Tout est dans le fait qu’ils marquent bien plus notre esprit, par essence émotionnel, que les aléas de la vie.

Le secret de la vie est dans le mouvement! Sourire à la vie est déjà en soi un mouvement…

Être vivant, c’est agir et non pas subir! Et c’est l’une des clefs essentielles de la vie.

Savoir  et non pas “croire savoir” est gage d’intelligence. C’est aussi un excellent anxiolytique naturel!

Il n’existe pas de problème sans solution. Or, un problème est n’est qu’une équation. La solution réside déjà dans le fait de poser la bonne équation. Ce qui revient au final à résoudre en grande partie le problème.

Confucius (-551-479, philosophe, Chine) disait que lorsqu’un “un homme [ndlr: un humain] a faim, mieux vaut lui apprendre à pêcher que de lui donner un poisson”. Mais s’il n’en a pas les moyens, cela revient en définitive à ne pas l’aider. Par conséquent, lorsqu’un être humain à faim, mieux vaut l’aider à disposer des moyens qui lui permettront de produire ce qui fait qu’il n’aura plus faim.

L’argent est devenu le nouveau Veau d’or*, et presque une fin en soi. Cependant, une société qui se base exclusivement sur cela est vouée au chaos, et une civilisation à disparaître. Quant à l’individu, il ne fera que le lit de son malheur à venir.

Enrichir ses connaissances, et les méditer afin de mieux les comprendre, au-delà notamment des apparences, est gage d’intelligence.

L’humour, et le rire, est un remède souverain!

——
* Veau d’or: Symbole de l’idolâtrie dans la Bible, en hébreu עֵגֶּל הַזָהָב. On le retrouve dans le Livre de l’Exode, le Premier livre des Rois, ainsi que dans le Coran.

Pin It on Pinterest

Share This