A Propos

Cabinet-neuropsychologie-coaching-hypnose-stimulation-du-cerveau___Reichlen.net

A propos du site: J’ai voulu privilégier la clarté, la simplicité et l’élégance. J’espère ce site à la fois utile et pratique pour vous; mais également logique et efficace. Qu’en pensez-vous?

Le cabinet et le centre de recherche existent en Guadeloupe depuis 2003. En ce qui concerne le cabinet, deux de ses axes phares sont le débriefing (post-agression, catastrophe naturelle, guerre, attentat, prise d’otage, etc.), et la résolution de problèmes; le problème n’étant en fait «que» une équation (à résoudre)!

A propos du cabinet et du centre de recherche

Une référence dans la région en Hypnose, Neurostimulation Cognitive, et Coaching!

Le cabinet est spécialisé en médecine des émotions et coaching. Son champ d’activité s’étend certes à l’ensemble des Antilles-Guyane, et plus largement au Bassin de la Caraïbe, mais également à l’international.

Le centre lui est spécialisé dans la recherche (fondamentale, expérimentale, application) en neuropsychologie et psychosomatique, ainsi qu’en enseignement (et formations, y compris par le biais de conférences et séminaires), et en information spécialisée. Il coordonne en outre un réseau international de chercheur dans différentes disciplines scientifiques.

A propos de moi

Un professionnel d’expérience, ça fait toute la différence!

Diplômé, notamment par un DESS (diplôme d’études supérieures spécialisées) et un Diplôme de Maîtrise (équivalent actuel à un DEA/Master2), je suis de formation suisse et nord-américaine (USA, CA).

J’ai débuté il y a plus de 25 ans par la recherche, l’enseignement, et la pratique spécialisée: personnes torturées ou/et revenant de zone de conflit et de catastrophes naturelles; et en parallèle, analyse de profil et de situation (territoires extérieurs).

Un cursus, parcours, et profil atypique

Sur le plan professionnel, j’ai travaillé, le plus souvent à l’international, en milieu hospitalier et clinique, en libérale, ainsi qu’en relation avec certains organismes. Et je suis dans la région depuis plus de dix ans.

Sur le plan études, j’ai fais quatre fac: médecine, psycho, sciences-po (comme tous les membre de la fratrie, notre père étant politologue), sciences économique et sociales (anthropologie culturelle et ethnopsy, sociologie religieuse, géographie sociale).

En marge, je me suis également intéressé, soit en complément, soit par goût personnel, aux philosophies et spiritualités; mais aussi, plus prosaïquement, à la gérontologie, à l’éthologie (étude du comportement animal), à la criminologie, à la gestion des ressources humaines, à la prévention et gestion du risque, à l’histoire économique et sociale, ainsi qu’aux sciences de la terre (géologie, géophysique).

Tout cela est né d’une passion

Sur le plan professionnel, je m’inscris dans une “approche globale centrée sur la personne“”, à la fois pragmatique et humaniste. Laquelle est nourrit d’un “riche bagage” (plus de 30 ans d’observation et étude de la nature humaine et du vivant). Et repose sur un socle éthique (très) solide.

Sur le plan personnel, je suis de nationalité suisse. Pour la petite (?) histoire, et celles et ceux que cela peut intéresser, merci de voir la suite plus bas (un clin d’œil à l’histoire de l’Europe, y compris contemporaine).

D’un esprit très ouvert et curieux, notamment des cultures du monde, dont celle des peuples premiers, mais aussi de la Chine ancienne, déjà enfant j’étais avant tout un amoureux, un passionné, de la vie et du vivant! Je dis d’ailleurs volontiers que ma seul vraie “religion” est celle du Vivant!

Digression (très personnelle, je m’en excuse) en guise de petit clin d’œil à l’histoire (dont il est question plus haut):

  • Ma famille est pour une part originaire initialement de Suisse Orientale (Argovie); comme le furent les Habsbourg, dont le nom fut acquis par leur château (sympa, nous étions voisins…!); mais en fait d’origine alsacienne.
  • Elle avait également une alliance avec Saint-Gall, du nom d’un disciple de Saint-Colomban. Elle a eu dans ce cadre un “prince évêque”, qui portait cette alliance sur son blason.
    • Blason qui est l’un des premiers découpages héraldiques (années 800), devant permettre aux grandes familles de se reconnaître et se distinguer sur les champs de bataille. C’est du reste le même découpage d’écu que pour le blason des Habsbourg, et celui de l’actuelle République d’Autriche, champs de gueules à la fasce d’argent.
    • Quant à Saint Colomban, moine chrétien celtique venu d’Irlande par l’Armorique (Bretagne), il évangélisa avec ses disciples irlandais et armoricains les campagnes de Gaule, d’Allemagne, d’Helvétie (Suisse), et d’Italie, entre 580 à 615.
    • Et l’on estime que ce saint serait historiquement le précurseur d’une Europe unie; une Europe des peuples, des régions, mais certainement pas celle des seuls marchands (et je reste aimable!)…
  • Puis elle a essaimée. A travers elle, je retrouve d’ailleurs une part de l’histoire de l’Europe depuis 870, en particulier celle du Saint Empire Romain Germanique dès 962, et plus tardivement celle de l’Empire d’Autriche-Hongrie; dl’hymne, Gott erhalte, en son 3ème couplet, est celui de l’actuelle République fédérale d’Allemagne.
  • Des descendants sont revenus sur Schwyz (Suisse Centrale) à l’époque de la création de la Confédération Helvétique (1291). Et quelques siècles plus tard, l’un d’entre eux est aller guerroyer dans le Canton de Fribourg (en Gruyère, dont le fromage, vous l’aurez compris, n’a rien de français…!), à l’époque du Sonderbund (alliance catholique contre une centralisation hégémonique du pouvoir voulu par certains autres cantons).

A noter que Schwytz, Uri et Unterwald, dit les Waldstätten (”Etats de la forêt”), appelés également Dreiländer (”trois pays”), par leur pacte de 1291, dit ”Serment du Grütli”, ont été à l’origine de la création de Confédération Suisse. Ma défunte mère avait d’ailleurs été invitée à Schwytz pour l’anniversaire officiel des 700 ans, en 1991. Ce fut un moment très fort pour elle!